2. Reconcilier notre peuple, Garantir la sécurité et établir un Etat de droit

Le premier rôle de tout gouvernement est d’assurer un état de droit et de garantir la sécurité de ses citoyens. Sans sécurité et sans justice, il ne peut y avoir ni paix ni développement économique. 

Nos forces de défense et de sécurité seront entièrement reconstruites sur la base des critères de compétences physiques, de rigueur morale et de patriotisme. Nous bannirons les préférences subjectives, qu’elles soient ethniques, religieuses ou sociales. Elles seront imprégnées de l’esprit républicain et devront s’abstenir de faire de la politique. 

Avec l’appui de nos partenaires internationaux, nous doterons notre pays en forces de défense et de sécurité fortes, disciplinées et responsables. Elles seront formées et équipées. Nous les engagerons dans la protection du territoire national et de la sécurité des citoyens. Elles devront également protéger les investissements privés et veiller sur nos ressources naturelles. Leurs missions seront élargies pour leur permettre de venir en soutien technique à la reconstruction et au développement du pays. Une unité de génie sera créée tout spécialement pour remplir cette tâche. Une brigade minière autonome permettra de sécuriser l’exploitation de nos ressources minérales. L’intégration régionale de nos forces de sécurité doit être favorisée dans une perspective de gestion des crises et conflits régionaux et sous régionaux. Un livre banc sera rédigé pour définir les aspects stratégiques de notre Défense Nationale. 

Le processus de désarmement, démobilisation et de réinsertion (DDR) sera mis en oeuvre immédiatement, avec le soutien de la communauté internationale. Elle devra concerner la totalité des combattants éligibles. 

L’Etat de droit exige une Justice indépendante et impartiale, dotée des moyens de son efficacité et accessible à tous les citoyens. Nous veillerons à ce que chaque investisseur et chaque résident sur le territoire national soit protégé par la Loi. 

Pour atteindre cet objectif, nous mettrons un accent sur la révision de la carte judiciaire, la construction de tribunaux et de prisons en nombre suffisant, le recrutement et la formation des personnels de la Justice et la révision de leurs conditions de travail. L’impunité est l’une des raisons de la permanence des désordres de tous genres qui ravagent notre pays depuis des décennies. Elle doit être combattue avec fermeté, même si nous privilégions la politique de la main tendue. Dans ce sens, les auteurs de crimes contre l’humanité et de graves atteintes aux droits de l’homme seront traduits devant les juridictions compétentes. 

La généralisation de la corruption en Centrafrique freine le développement du pays et constitue un danger pour la stabilité politique et économique. La faillite des élites a conduit les citoyens à ne plus croire aux valeurs qui fondent le vouloir vivre collectif et la recherche du bien commun. Avec constance et fermeté, nous combattrons la corruption et l’impunité. Nous mettrons en place un système de prévention, de détection et de correction des comportements déviants en matière de corruption. 

L’une des plus graves conséquences de la crise actuelle est le fossé qui s‘est créé entre les communautés musulmanes et chrétiennes. Elle résulte de l’orientation qui a été donnée aux actes
de violences commanditées par certains hommes politiques ou par les mercenaires qu’ils ont recrutés. Nous oeuvrerons inlassablement à la réconciliation des centrafricains et créerons les conditions d’un ré apprentissage du vivre ensemble, dans la tolérance et l’acceptation de nos différences. Nous veillerons à rapatrier tous les réfugiés et organiserons les populations pour qu’elles revivent dans leurs villes et villages. Nous mettrons en place, partout où cela s’impose, un cadre de concertation et de veille pour prévenir la survenue de conflits communautaires. 

Nous veillerons à ce que chaque centrafricain pratique sa religion sans être stigmatisé par l’autre, dans le respect de la différence et des lois de notre pays. 

La plupart de nos compatriotes connaissent très peu leur pays, ses ethnies, ses cultures, ainsi que les droits et devoirs d’un citoyen. Nous inculquerons à chaque centrafricaine et à chaque centrafricain les notions de civisme et de citoyenneté, pour lui permettre de développer et d’entretenir un sentiment de responsabilité et de fierté nationale. Nous lui apprendrons à découvrir, à comprendre et à apprécier les fondements culturels de nos régions, ethnies et religions. Enfin, nous veillerons à un développement équilibré de toutes les régions du pays. 

L’ancrage de la démocratie dans notre société est le principal gage de la pérennité de l’état de droit et du progrès social. Nous renforcerons les institutions démocratiques, offrirons un statut à l‘opposition, accorderons une plus grande place à la société civile et prendrons des mesures pour soutenir la presse et l’aider à acquérir plus de professionnalisme. 

Tous ceux qui ont exercé depuis l’indépendance les plus hautes fonctions politiques dans notre pays ont presque tous terminé leur vie dans le dénuement le plus total. Il en est ainsi des anciens Présidents de la République qui sont tous morts dans la misère. Nous mettrons fin à cette situation, en faisant voter une loi pour sécuriser les anciens chefs d’Etat, les Présidents des Institutions Républicaines et les Chefs de Gouvernement. Ceux qui ne sont pas poursuivis par la justice devraient pouvoir mener une vie correcte et digne, car la Nation leur doit de la reconnaissance. Nous mettrons à contribution leur expérience, notamment en leur offrant un statut particulier et en leur confiant des missions de prestige. 

Enfin, aucun Etat de droit ne peut fonctionner sans une administration efficace. Dans ce sens, nous réorganiserons l’administration publique à travers une réforme de grande envergure. Nous la moderniserons par l’introduction de la e-administration. Nous mettrons en application la Loi sur la décentralisation et feront fonctionner les administrations régionales, pour rendre notre fonction publique plus efficace et la mettre véritablement au service du peuple.

NOS OBJECTIFS

FORCES DE DEFENSE ET DE SECURITE

MOUVEMENTS ARMES NON CONVENTIONNELS

JUSTICE ET ETAT DE DROIT                

  • Des nouvelles Forces de Défense et de Sécurité (Armée, Gendarmerie, Police) sont recrutées sur des bases objectives.  Elles sont bienformées, encadrées et équipées ;
  • Une armée de garnison est créée ; elle est républicaine et opérationnelle ;
  • La gendarmerie et la police sont efficaces sur toute l’étendue du territoire nationale ; elles garantissent la sécurité des populations et des
  • investissements ;
  • Une brigade minière autonome sécurise l’exploitation rationnelle de nos ressources minérales;
  • Un livre blanc est produit, qui définit nos choix stratégiques en matière de Défense ;
  • Des engagements subsidiaires (génie civil, sécurité, santé, logistique) sont développés au sein de l’armée.
  • La totalité des combattants éligibles au programme de DDR sont désarmés et reconvertis dans des activités génératrices de revenus ;
  • La paix et la sécurité sont revenues sur toute l’étendue du Territoire national.

 

 

 

  • La Justice est dotée de tous les moyens pour être opérationnelle et efficace partout dans le pays ;
  • Chaque centrafricain peut avoir accès à la justice;
  • Les investisseurs se sentent protégés par la Loi et sont encouragés à investir en RCA;
  • Les auteurs des violences sur les populations et crimes contre l’humanité sont jugés par un tribunal spécial ;
  • L’impunité n’a plus droit de cité en RCA ;
  • La corruption est sévèrement punie, les corrompus et les corrupteurs sont traqués.

RECONCILIATION NATIONALE

DEMOCRATIE

ADMINISTRATION PUBLIQUE

  • Les centrafricains sont réconciliés et les communautés chrétiennes et musulmanes retrouvent l’harmonie du vivre ensemble ;
  • Les réfugiés et les déplacés ont regagné leurs domiciles et vaquent à leurs activités ;
  • Les centrafricains connaissent l’histoire de leur pays et leurs cultures ;
  • Chaque centrafricain est imprégné des notions essentielles de citoyenneté et de culture civique ;
  • Le développement des régions est équilibré, pour qu’aucune ne se sente laissée pour compte.
  • Les institutions démocratiques sont renforcées, y Compris au niveau régional ;
  • L’opposition démocratique jouit d’un statut légal ;
  • La société civile joue un rôle reconnu dans la surveillance de la démocratie ;
  • Les anciens hauts dirigeants des institutions et de l’Etat bénéficient d’un statut spécial.
  • Une grande réforme de l’administration est adoptée ;
  • L’administration est modernisée et informatisée ;
  • Les tracasseries administratives illégales vis-à-vis des entreprises sont combattues et punies ;
  • L’Etat est décentralisé, les régions sont mises en places et leurs personnels élus ou nommés ;
  • L’administration est efficace et accessible par toute la population. Les actes administratifs sont délivrés électroniquement, dans des délais très réduits.