4. CONSTRUIRE DES INFRASTRUCTURES POUR PERENISER LA CROISSANCE ET AMORCER LE DEVELOPPEMENT

Les infrastructures de base, qui constituent la clé du développement, sont dans un état de délabrement très avancé et empêchent le décollage économique de la République Centrafricaine, pays complètement enclavé. Le développement des secteurs des transports, de l’énergie, de l’eau et des nouvelles technologies de l’information et de la communication devra être le pôle prioritaire du renouveau Centrafricain.

Nous désenclaverons notre pays, à travers un grand programme de reconstruction de routes. Les voies d’exportations de nos produits, qui nous relient à chacun des 6 pays voisins, seront bitumées. L’axe routier stratégique qui relie Bangui à la frontière camerounaise sera confié en BOT à un opérateur qui s’engagera à construire, à entretenir et à exploiter une route à péage de 2+2 à chaussée séparée. Les routes interurbaines, qui permettent le désenclavement intérieur du pays, bénéficieront d’un système d’entretien strict et pérenne, pour être opérationnelles toute l’année. Les collectivités locales seront chargées de l’entretien des pistes rurales, avec un financement adapté.

La modernisation de l’aéroport de Bangui est un chantier dont le financement sera revu à la hausse pour permettre à notre capitale de disposer d’un aéroport international digne de ce nom. A terme, la construction d’un nouvel aéroport en dehors de la ville sera envisagée pour faire de Bangui un hub. Les villes de Bouar, Berberati, Bossangoa, Bambari, Bangassou et Birao devront disposer d’aéroports équipés.

Nous ferons construire en BOT un port sec à l’entrée de la ville de Bangui, sur l’axe Bangui-Douala ;

Le trafic des marchandises par l’Oubangui pour rejoindre Brazzaville, puis par le train jusqu’au port de Pointe-Noire, sera revigoré. Le port fluvial de Bangui sera agrandi et modernisé. En partenariat avec les deux Congo, le dragage permanent des fleuves Oubangui et Congo deviendra effectif. Le projet du barrage de Palambo sera finalisé afin d’assurer la navigabilité permanente sur les fleuves Oubangui et Congo sur le trajet Bangui-Brazzaville- Kinsasha. Le chantier naval de Bangui sera modernisé.

Nous lancerons notre projet phare : la construction en BOT d’un chemin de fer entre notre pays et le port de Douala ou de Kribi au Cameroun. Ce projet sera baptisé : « Légué ti Wouin » et sa rentabilité sera notamment assurée par l’exploitation du gisement de fer de Bogoin.

Aucun développement ne peut être envisagé sans énergie électrique. Or avec une production de moins de 20 Mw pour toute la RCA+, seulement 3% de la population qui a accès à l’électricité. Le secteur de la production électrique étant libéralisée depuis 2005, notre ambition est d’améliorer très sensiblement ce taux dans les 5 prochaines années, à travers la construction l’exploitation par le secteur privé d’une dizaine de fermes solaires d’environ 5 Mw chacune aux abords des principales villes du pays, la finalisation de la montée en puissance des 3 barrages de Boali (30,6 Mw), et la construction en BOT de deux barrages hydroélectriques, dont celui des 3 sites de la Lobaye (115 Mw) et celui de Dimboli sur la Kadeï (187,6 Mw).

Le désenclavement de notre pays sera d’abord virtuel, à travers une amélioration de notre infrastructure de télécommunications. Cela permettra à notre économie de réaliser un bon qualitatif dans des délais relativement court. Nous rendrons effective la mise en place d’une infrastructure haut débit en fibre optique sur toute l’étendue du territoire, dans le cadre du projet régional financé par des Institutions Financières internationales (Banque Mondiale, BAD, BEI, etc). Un fonds de Développement numérique sera mis en place, ainsi qu’un système de certification électronique centralisé (Datacenter).

Enfin, nous veillerons à ce que le plus grand nombre de nos compatriotes aient l’accès à l’eau potable, Dans ce sens, une véritable politique de développement du secteur de l’eau sera conçue et des investissements seront réalisés pour améliorer le réseau d'approvisionnement en eau et les infrastructures d'assainissement.

NOS OBJECTIFS

INFRASTRUCTURE S DE TRANSPORT

ENERGIE ELECTRIQUE

  • Le réseau routier de la RCA est reconstruit et entretenu;
  • Les routes nationales de désenclavement reliant les pays voisins sont bitumées;
  • L’axe Bangui-Douala est reconstruit en BOT, en 2x2 voies;
  • L’aéroport de Bangui est modernisé et 6 aéroports secondaires sont équipés;
  • Un port sec est construit à l’entrée Nord de Bangui ;
  • Le trafic fluvial est revigoré ;
  • Le projet « Légué ti wouin » pour la construction d’un chemin de fer est lancée.
  • La production et la distribution d’électricité sont améliorées ;
  • 10 parcs solaires sont construits et exploités par le secteur privé dans quelques villes de
  • provinces ;
  • Les barrages de Boali sont stabilisés et 2 autres barrages hydroélectriques sont
  • construits en BOT.

TELECOMMUNICATIONS

ACCES A L’EAU POTABLE

  • Un réseau de fibre optique est construit, à travers tout le pays ;
  • Un fond de développement de l’économie numérique est mis en place ;
  • Un système de certification électronique centralisé (Datacenter) est créé.
  • Une politique de développement du secteur de l’eau et de l’assainissement est élaborée ;
  • L’approvisionnement en eau potable est sensiblement amélioré ;
  • Des projets communautaires d’assainissement sont mis en place.